• FR/FR
  • Mon Compte
Véhicules en location, évolution des flottes et du marché de l’occasion

Véhicules en location, évolution des flottes et du marché de l’occasion

Publié le 16 mars, 2018

Lire plus

La LLD, pour Location Longue Durée, connaît une progression régulière depuis quelques années. C’est son principe qui gère les relations entre les loueurs et les entreprises pour la constitution des flottes de ces dernières, ainsi qu’entre les loueurs et les particuliers.

L’avantage d’une flotte en LLD pour une entreprise est une qualité de prestation constante – les véhicules du parc sont neufs et récents, généralement retirés par le loueur entre 3 et 5 ans pour être revendus sur le marché de l’occasion. Cette qualité de prestation s’accompagne pour l’entreprise d’un lissage des dépenses éliminant tout risque de dépense majeure susceptible de peser sur sa trésorerie. La gestion de flotte par un prestataire extérieur retire ainsi à l’entreprise une activité souvent sans lien avec son cœur de métier.

Pour un particulier, ou un entrepreneur individuel ou un membre d’une profession libérale, la LLD est une alternative à l’achat d’un véhicule en pleine propriété et évite les inconvénients liées à celui-ci dont une immobilisation importante de capital et les difficultés posées par la revente – sauf à conserver la voiture jusqu’en limite de son potentiel.

En France, douze acteurs se partagent 97 % du secteur de la LLD et fournissent notamment près de 400 000 voitures aux flottes d’entreprise. En 2016, ces acteurs de l’industrie automobile ont immatriculé près de 495 000 véhicules, retiré 426 000 autres arrivés au terme des contrats LLD. Représentant environ 20 % des immatriculations neuves, ces acteurs sont aussi des pourvoyeurs majeurs du marché de l’occasion permettant l’achat de voitures d’occasion récentes, en moyenne de 40 mois et avec un kilométrage moyen inférieur à 100 000 kilomètres, par les particuliers.

Ils ont aussi un impact significatif sur le marché du neuf, en particulier dans cette période nouvelle qui voit une profonde mutation des motorisations : émergence de l’électrique, développement de l’hybride, recul du diesel et retour de l’essence, toutes ces tendances se reflètent dans leurs acquisitions auprès des constructeurs, et donc impactent les stratégies de développement de ces derniers. Pour nombre d’entreprises, l’impératif écologique est désormais incontournable et affecte leur activité et leur organisation : elles se doivent par conséquent de disposer d’une flotte automobile en phase avec cet impératif.

Cependant ces évolutions restent relativement lentes et en 2017 le diesel représente toujours plus de 75 % des acquisitions au profit des flottes d’entreprise, un tassement moins marqué que sur l’ensemble du marché du neuf ou cette part est désormais inférieure à 50 %.

Alors qu’il est constaté un vieillissement du parc automobile en France, avec une moyenne d’âge atteignant désormais 12 ans - pour près de 40 millions de véhicules en circulation et environ 2 500 000 immatriculations neuves annuellement -, le marché de l’occasion va pendant quelques années encore proposer un nombre important de véhicules diesel – qu’ils proviennent des particuliers, des LLD aux particuliers ou aux flottes d’entreprise, ou des parcs des loueurs traditionnels tel Hertz. Une situation qui peut entraîner une diminution des prix de ces véhicules, alors que les occasions essence sont désormais prisées et leur marché tendu. Ce n’est qu’après 2020-2022 que le marché sera régulièrement approvisionné en modèle essence, avec un recul des diesels. Pour ceux qui envisagent l’achat de voitures d’occasion en France à moyen terme, le diesel continuera d’être financièrement intéressant d’ici à 2025… c’est-à-dire demain !

Autres articles

Concessionnaires de marque ou vendeurs indépendants

Concessionnaires de marque ou vendeurs indépendants

Lire plus

Avez-vous déjà pensé à l'achat d'une voiture de location ?

Avez-vous déjà pensé à l'achat d'une voiture de location ?

Lire plus