• FR/FR
  • Mon Compte
La voiture autonome, réalité à moyen terme ou utopie ?

La voiture autonome, réalité à moyen terme ou utopie ?

Publié le 08 juin, 2018

Lire plus

Réfléchissez à vos trajets en voiture. Permettent-ils que vous abandonniez le volant ? Rejoindre la gare en traversant la ville, aller à la boulangerie dans le dédale de votre bourg, courses dans la zone commerciale, déplacement sur l’autoroute… Arrêts imprévus, changements de direction décidés au dernier moment ou encore ralentissements en raison de travaux ou du trafic surviennent à chaque fois.

Quel serait votre état d’esprit dans ces conditions ? Une totale sérénité ? Un ralentissement et vous seriez instinctivement en alerte, vous demandant si « Voiture » va ralentir.

Alors, si certains déclarent que voiture autonome égale sécurité accrue, êtes-vous prêt à passer vos trajets à vous demander si « Voiture » aura la bonne réaction au prochain incident de trafic ? Passagers, faites-lui vous autant confiance qu’à un conducteur humain ?

Quel environnement pour des déplacements autonomes ? Comment sur un même axe routier des véhicules en mode autonome peuvent-ils circuler à côté d’autres « pilotés manuellement » ? Ou faudra-t-il concevoir des axes sur lesquels tous les véhicules seront en mode autonome, commandé à la voix… ?

Après le récent accident mortel d’une Tesla en mode « autopilote », le débat sur l’autonomie des voitures se fait intense, jusqu’à remettre en cause le bien-fondé du concept.

Les limites de la technologie ne sont-elles pas déjà le premier obstacle insurmontable ? Selon le président d'Intel France, Stéphane Nègre, dans un article de Christian Doucet dans Le Figaro du 20 septembre 2017, « Nous estimons qu'un million de voitures autonomes sur les routes exigeront autant d'échanges de données que trois milliards de personnes connectées sur leurs téléphones ou leurs tablettes ». Or, 5 % du seul parc français circulant simultanément représentent 2,5 millions de véhicules…

État d’esprit des conducteurs ayant le sentiment de ne plus maîtriser leur véhicule, malaise de passagers contraints de faire confiance à la machine, gestion de volumes de données sans commune mesure avec les échanges existants, environnement routier non homogène, etc… Les obstacles à la conduite autonome se font jour au fur et à mesure des avancées et sa généralisation est plus sûrement une utopie de gestion idéale des flux ! En attendant ce futur hypothétique où les voitures à vendre en France seront toutes autonomes, les voitures d’occasion à vendre en France restent surtout des voitures « à conduire » !

Autres articles

Des normes de plus en plus sévères pour les véhicules à moteur thermique

Des normes de plus en plus sévères pour les véhicules à moteur thermique

Lire plus

Pour quelles raisons aimons-nous nos voitures ?

Pour quelles raisons aimons-nous nos voitures ?

Lire plus